7ème édition du 4 au 8 MARS 2020

GABRIELE SALVATORES

Réalisateur

Gabriele Salvatores (Naples, 1950) se fait connaître mondialement avec Mediterraneo (Oscar du meilleur film étranger en 1992). Puis il explore la science-fiction en 1997 avec Nirvana. Dans la même veine, suivent Denti (2000) et Amnesia (2002).

En 2003, L’Été où j’ai grandi  lui vaut une nouvelle nomination aux Oscars ainsi que le Prix Luchino Visconti. Il retourne vers la science-fiction en 2014 avec Il ragazzo invisibile et remporte un European Film Award. En 2018, suit Il ragazzo invisibile – Seconda generazione et en 2019, Tuttto il mio folle amore.

Ses films évoquent le voyage, l’altérité et la fuite devant le réel incompréhensible.

FILMS PRÉSENTÉS LORS DU FESTIVAL

L’ÉTÉ OÙ J’AI GRANDI

2003 • 1h42

(IO NON HO PAURA)

Au sud de l’Italie, un village tranquille noyé dans la lumière éblouissante semble hors du temps. Michele, âgé de dix ans, joue à se faire peur avec ses copains. Les moments d’innocence et de candeur sont rompus par la brusque découverte d’un terrifiant secret. Michele devient le témoin d’un abominable crime qui va changer définitivement son regard sur le monde des adultes et sur ses proches.

Un récit initiatique tourné avec lyrisme dans des paysages à couper le souffle.

Jeudi 5 Mars, 17h, Cinémas Studio

IL RAGAZZO INVISIBILE – SECONDA GENERAZIONE

2018 • 1h36
(LE GARÇON INVISIBLE – DEUXIÈME GÉNÉRATION)

Suite du film fantastique, adapté d’un roman graphique paru en 2014, d’Alessandro Fabbri, Ludovica Rampoldi et Stefano Sardo, cet épisode se situe trois ans plus tard. Le super héros Michele, l’adolescent invisible, rencontre Yelena, sa vraie mère, et Natasha, sa sœur jumelle. Leurs aventures s’entrecroisent dans un combat entre le bien et le mal. Leurs super pouvoirs peuvent servir des desseins qui leur échappent.

Un conte au rythme soutenu, dans la veine des meilleurs films de super héros.

Jeudi 5 Mars, 14h, Salle Thélème

TUTTO IL MIO FOLLE AMORE

2019 • 1h37
(MON AMOUR FOU)

Vincent, 16 ans, est un garçon attachant, indomptable, différent. Il a grandi entre sa mère Elena et son compagnon Mario qui l’a adopté. Sa vie bascule un jour lorsque son père biologique, Willi, fait irruption dans sa vie. Cette rencontre marque le début d’une grande aventure. Le père et le fils sillonnent ensemble les routes des Balkans pour vivre intimement une relation poétique.

Ce film, adaptation du roman de Fulvio Ervas, N’aie pas peur si je t’enlace, est basé sur une histoire vraie et parle avec tendresse de l’altérité.

Jeudi 5 Mars, 20h30, Salle Thélème

Projection en présence du scénariste Umberto Contarello